Interview réalisée par l’Equipe au sujet du lancement de l’appel citoyen pour les élections fédérales.

On veut (aussi) jouer fair-play

Derrière des duels parfois musclés se cache une initiative peu connue. Dix candidats ont signé un appel pour défendre les valeurs du sport. 

L’idée est un brin utopique mais dans l’air du temps. Six associations ont lancé un appel pour “la réalisation d’un projet de société épanouissant, responsable et durable” grâce au sport. Dix candidats à la présidence des fédérations sportives ont signé vingt-quatre engagements en matière de gouvernance, santé, éthique ou écoresponsabilité. “Il était dommage de ne pas profiter des élections comme d’un levier pour changer la politique fédérale, construite pour favoriser l’accès à la performance. Dans les écoles de badminton, on apprend la technique mais il y a aussi les valeurs. Les fabriques à champions ne peuvent-elles pas être des fabriques à citoyens ?“, s’interroge Yohan Penel, responsable du développement durable de la Fédération française de badminton et l’un des trois candidats à la présidence de la FFBaD dont l’élection aura lieu le 12 décembre.

Neuf autres candidats ont signé cet “appel citoyen” : Anne de Sainte-Marie pour la Fédération française d’équitation, Benedict Maret et Jean-Michel Buniet (triathlon), Gilles Erb (tennis de table), Dominique Nato (boxe), Stéphane Nomis (judo), Gilles Moretton (tennis), Jean-François Duprat (pelote basque) et Thomas Naglieri (tir à l’arc). La signature officielle, prévue le 7 octobre, se fera probablement lors d’une réunion virtuelle. “Une trentaine de candidats ont été contactés. Aucun des deux prétendants à la fédération d’escrime n’a souhaité signer“, précise Yohan Penel, qui ne renonce pas pour autant à recruter d’autres candidats. “Il y a des fédérations où ça vole bas alors qu’on a besoin d’être soudés. Il faut maintenir une politique publique du sport pour ne pas tomber dans le modèle anglais avec UK Sport (qui se concentre sur les fédérations qui remportent des médailles). Les deux piliers du sport français sont le sport pour tous et le haut-niveau“, poursuit le président de l’US Villejuif badminton. Une autre évidence que la bande des dix veut rappeler.